Protection des monuments historiques : Le bâtiment historique avec un toit en zinc renaît dans sa nouvelle splendeur

Toit en dôme surdimensionné du bâtiment principal du jardin botanique de Cologne

Bien que le zinc n’ait été reconnu comme métal en Europe qu’au début du XVIIe siècle, il a rapidement trouvé sa place dans l’architecture locale. Karl Friedrich Schinkel, le plus important architecte allemand du XIXe siècle, recourt déjà à son époque au zinc pour les rives, les garnitures, les ornements et les toitures.

Depuis cette période, de nombreux bâtiments historiques sont pourvus de toits en zinc qui ont rempli leur fonction visuelle et technique sans aucun entretien pendant de nombreuses décennies. De nos jours, ces bâtiments doivent être rénovés de la même manière pour continuer à être classés ou inscrits monuments historiques.

Remplacer du zinc par du zinc

Il existe entre-temps sans nul doute des matériaux de couverture de toit moins onéreux qui fournissent l’apparence du zinc pendant un certain temps grâce à des revêtements artificiels et en présentant un bilan carbone moins bon. À long terme, ils sont toutefois considérés comme une solution de moyenne qualité.

Ainsi, comme pour de nombreuses autres rénovations d’objets classés ou inscrits monuments historiques, les architectures chargés de la rénovation du « Flora » de Cologne - nom actuel du palais des glaces construit il y a environ 150 ans, qui représente le centre du jardin botanique à Cologne - ont opté une nouvelle fois pour un toit en véritable zinc.

À l’origine, le bâtiment était construit avec une construction en verre et en fer. Après sa destruction pendant la Seconde Guerre mondiale, les autorités locales ne purent le reconstruire dans sa forme initiale faute de moyens financiers suffisants. Au lieu de cela, le « Flora » reçut un toit en tuiles adéquat et fut utilisé en dernier lieu comme salle de banquet.

Reconstruction selon le modèle historique

Il y a environ 10 ans, il a fallu suspendre les activités dans le bâtiment en raison de grands défauts à la structure. Cinq bonnes années plus tard, à l’été 2011, commencèrent les travaux de rénovation complexes sur le bâtiment classé monument historique. Cette fois-ci, il était prévu de redonner au bâtiment ses lettres de noblesse et l’enveloppe du bâtiment devait être plus que fonctionnelle. La planification incluait également la reconstruction de l’imposant toit en berceau initial. Pour conserver ici une apparence correspondante, le bureau d’architectes K+H Architekten de Stuttgart choisit une couverture sous forme de toit à joints en zinc.

L’exécution des vastes travaux sur le toit en berceau d’une surface de 1 400 m² fut confiée à une entreprise qui, vers la fin de la durée initiale du chantier, ne s’y est plus retrouvée et a perdu le contrôle sur ce projet de rénovation complexe. Dans son rapport, un expert mandaté a constaté que les travaux du chantier avaient été exécutés avec lenteur et présentaient de graves défauts. L’entreprise a été immédiatement destituée de ses tâches. Une autre entreprise spécialisée devait reprendre les travaux. Lors du nouvel appel d’offres, c’est l’entreprise de couvreurs Axel Ragas de Bergisch Gladbach qui a été retenue et qui a poursuivi les travaux de rénovation sur le toit en berceau.

La construction du toit en berceau était prévue avec la pose d’un profilé trapézoïdal en acier comme base sur toute la surface. Le toit a ensuite reçu un écran pare-vapeur bitumeux. Les surfaces arrondies ont été isolées avec une plaque d’isolation en laine de roche de 200 mm d’épaisseur. L’étape suivante a consisté à poser un écran de sous-toiture étanche résistant aux solicitation extraordinaires.

Comme matériau d’habillage, il était initialement prévu de poser une couverture en zinc-titane en apparence à joints avec des profilés continus du larmier jusqu’au faîte. Le ferblantier Axel Ragas recommanda une division en 4 et en 3 des bacs pour trois raisons : image historique de la couverture, transport moins problématique et pose plus facile. Cette recommandation a été suivie et il a été utilisé comme matériau du zinc-titane naturel de 0,8 mm d’épaisseur de la société RHEINZINK. La finition naturelle a été choisie pour procurer au toit du bâtiment un caractère vivant. En effet, le processus de formation de la patine de la finition naturelle ne se déroule pas de manière homogène et dépend entre autres de la fréquence de la pluie et de l’orientation géographique.

Pattes particulières pour la couverture à joints

Les bacs de la couverture à joints ont été fixés avec un système de pattes optimisé et certifié du fabricant RHEINZINK. Grâce au système de pattes, l’artisan obtient la sécurité d’une fixation durable qui peut être calculée avec exactitude grâce à ses propriétés statiques définies. Ceci autorise des écarts plus importants entre les pattes et ainsi un travail plus rapide, lequel peut s’effectuer encore plus rapidement en utilisant des bandes de vis pour chargeur. En effet, il est possible de poser le système avec une visseuse à bande CLIPFIX développée par RHEINZINK, dont l’accumulateur permet une pose flexible sans le tuyau pneumatique typique des pointeuses. Chaque patte est positionnée exactement et rapidement à l’aide de deux vis provenant du chargeur sans que les pattes ne se tordent ou se déforment.

 

Nouveaux détails sur place

D'autres détails à respecter dans le cadre de la rénovation étaient les exigences en matière de protection anti-incendie requises pour les halls d’exposition, y compris le montage de systèmes d’évacuation des fumées, dans le toit en berceau. Par précaution, il était conseillé d’intégrer les interruptions visuelles inexistantes à l’origine à la surface du toit. L’entreprise responsable a conçu un relèvement minimal au niveau du toit. Pour cela, les joints du toit principal ont été poursuivis sur le système anti-incendie sous forme d’une seule ligne. De cette façon, aucune interruption n’est visible. En outre, il a fallu prévoir soigneusement l’évacuation des eaux pluviales du bâtiment. Ainsi, l’Office allemand de protection des monuments historiques avait spécifié que l’évacuation des eaux pluviales devait être conçue de manière aussi discrète que possible. Étant donné qu’il fallait éviter les boîtes d'attente ou les coudes, les artisans ont dû composer chaque raccord tombant dans les descentes d’eaux pluviales encaissées à partir de multiples petits segments. Les rives et les appuis de fenêtre ont été fabriqués dans le même matériau que la couverture du toit. À cet endroit, il a fallu utiliser une épaisseur de matériau de 1,0 mm.

Grâce à la rénovation détaillée du toit en zinc, le « Flora » de Cologne restera conservé pendant de nombreuses générations futures. Comme témoin de notre histoire et de notre culture issues du XIXe siècle, le « Flora »

Rénovation réussie de monuments historiques à l’aide de solutions individuelles de RHEINZINK

Il est bien connu qu’il faut prendre en considération des réglementations strictes pour rénover des monuments historiques. Un point positif est que de nombreuses Commissions régionales du patrimoine et des sites attachent une grande importance à la précision de la date. Il faut ainsi veiller à ce que même les petits éléments d’un monument historique, qui marquent également son caractère, restent conservés. Exemples : les détails architecturaux typiques, tels que les balustrades, les parements, les corniches et des éléments similaires, qui présentent de nettes différences d’une époque à une autre. Si un bâtiment est vieux de plusieurs années, il est souvent difficile de trouver des produits qui correspondent à ceux utilisés lors de la construction. Il arrive fréquemment que ces produits ne sont plus fabriqués dans leur forme, car ils ont été remplacés par des produits plus innovants. Pour répondre toutefois aux exigences des autorités publiques, des reproductions les plus exactes possible sont requises.

De nombreux détails architecturaux de RHEINZINK peuvent être adaptés aux contraintes individuelles sans que cela ne s'accompagne de coûts démesurés. En tant que fabricant expérimenté, RHEINZINK sait parfaitement faire face à de tels défis, permettant de fabriquer des solutions spéciales individuelles dans la qualité élevée habituelle. Étant donné que chaque bâtiment et chaque élément d’un monument historique sont très individuels, nous vous recommandons de prendre contact avec nous gratuitement et sans engagement. Lors d’un entretien personnel, nos collaborateurs compétents sauront rapidement si nous pouvons exaucer vos souhaits.

Pour toute question sur la conservation de monuments historiques, veuillez tout simplement contacter notre personnel spécialisé.

 

Conseil individuel